Devis Gratuit - Entretien préalable sans engagement

Contacter les Tontons Codeurs, le gang complice de vos projets de communication :

09 83 24 44 45
06 51 01 56 70
nous écrire

Des sites qui ont du répondant

17 mars 2016

responsive multiples possibilités

Google nous avait déjà prévenus. Désormais une recherche effectuée sur leur moteur depuis un mobile mettra en avant des sites qui peuvent s'afficher sur cet appareil. C'est plutôt cohérent. Quelles vont être les conséquences pour tous les sites existants qui ne seraient pas optimisés ? Ils risquent tout bonnement de dégringoler dans le classement.
Bonne nouvelle toutefois, «la qualité du contenu reste primordiale». Ce qui permettrait de ne redescendre que de quelques crans sans se voir coiffer au poteau par un site optimisé mais dénué de pertinence.
Vous avez tous (ou presque) des smartphones, vous avez pas pu y couper, le mot du moment c'est «responsive». Qu'est-ce que c'est que ce truc ? Est-ce-que ça se pulvérise en aérosol ? Est-ce que c'est contagieux ?

Il ne doit en rester qu'un…

Il y a encore quelques années, on assistait à la confrontation entre deux méthodes pour rendre la navigation accessible sur les petits engins qui tiennent dans la poche : soit on reconstruisait une version mobile du site, soit on le dotait d'un habillage adaptatif. Ça se dit en anglais "responsive (web) design", d'où le mot magique dont vous pourrez entendre d'aucuns se gargariser.
Aujourd'hui cette approche l'emporte largement, son principe est très simple :

  • Une feuille de style (le fichier qui stocke les informations concernant l'affichage) capable d'envisager un certain nombre de «points de rupture». En somme : pour une largeur d'écran donnée, certaines instructions s'appliquent, passée cette largeur, d'autres prennent le relai.
  • Une mise en page sous forme de grille (c'est vieux comme Gutenberg, mais on y a toujours recours, oui oui) existant en autant de variantes que nécessaire. Ce qui est éparpillé façon puzzle sur un écran de bureau, se ventile en deux colonnes sur une tablette et s'empile sur les téléphones.
  • Des images dont on s'assure qu'elles logent dans l'espace qui leur est imparti, quand bien même elles seraient plus grandes. Elles ne s'affichent à leur taille réelle que si la place est disponible.

Pas grand chose à changer

On voit donc qu'avec une feuille de style adaptée, on rend sans grand-peine un vieux site accessible sur mobile. Pour nombre d'entre eux, inchangés depuis les héroïques années 90, un toilettage du genre est d'ailleurs souvent salutaire. Ironie de la technologie, la place disponible sur les écrans de l'époque est sensiblement comparable à celle des tablettes d'aujourd'hui.
Votre vieux Tripod devrait s'afficher comme un charme sur iPad… Sauf que l'instruction qui précise que cet affichage est pour une tablette n'a jamais été notée dans la feuille de style et donc Google risque tout simplement de bouder la page.

Les professionnels globalement préparés

En outre. Supputons un instant que vous ayez un blog personnel. Comme une énorme proportion des sites que l'on rencontre, il est affiché via le thème d'un gestionnaire de contenu. Les acolytes codeurs qui font lesdits thèmes n'ont pas attendu la mise en garde de Google pour se préoccuper de la question. Les thèmes WordPress pondus en 2016, tout comme les thèmes maison concoctés par vos Tontons favoris sont désormais systématiquement adaptatifs…
…heu «raisse-pond'siv-hein».